Les poules des batteries

English version

On estime que 98% des 26 millions de poules pondeuses du Canada sont maintenues dans de petites cages de "batteries" très étroites où elles ne peuvent pas adopter les comportements qui leur sont naturels comme ceux de faire un nid, se percher, prendre un bain de sable, étirer leurs ailes ou se promener - activités qui, pour elles, sont vitales. Frustrées, les poules s'arrachent les plumes les unes aux autres. De plus, apparaissent des comportements cannibales. Pour les prévenir, on leur coupe le bec. Une partie du bec de l'oiseau est sectionnée ou réduite au moyen d’un laser - il s'agit d'une mutilation grave, et qui peut causer une douleur aiguë et durable.

Les poules de batteries sont enfermées dans des cages de 16" x 18" avec parfois de quatre jusqu'à six individus par cage. Chaque poule dispose d'un espace de vie plus petit qu'une feuille de papier lettre. Les poules sont obligées de rester debout sur un sol de grillage pentu et souffrent de la perte de leurs plumes et de blessures à la peau que provoquent le frottement constant des unes contre les autres et avec les parois de la cage.

Elles restent enfermées ainsi toute la journée, tous les jours. Après un an ou deux d’emprisonnement, leur seule sortie est celle qui les mène vers l'abattoir.

Pour plus d'information sur les poules pondeuses, consultez cette fiche d'information.